SHIATSU et HYPNOTISME-UNIVERSEL® COURBEVOIE 92400

Sylvaine BERTRAND 06 84 62 72 23

HYPNOSE: UN PEU D’HISTOIRE

La découverte du cycle ultradien

Nathaniel Kleitman -1895-1999-, physiologiste américain et chercheur sur le sommeil à Chicago, très intéressé par la conscience, estimait pouvoir avoir un aperçu de la conscience en étudiant l’inconscience du sommeil. En 1957 il découvre, avec William Charles Dement, un de ses élèves devenu professeur de psychiatrie à l’université de Sandford, que le corps fonctionne sur un rythme activation-repos. Activation de 90 minutes jusqu’à 120 minutes /Repos de 20 à 30 minutes (selon les individus) : c’est le cycle ultradien.

L’hypnose et le cycle ultradien

Le Docteur Milton Erikson -1901-1980-, psychiatre et psychologue américain, âgé de 17 ans, « atteint d’une grave forme de poliomyélite et dans le coma depuis trois jours, entend le médecin dire à sa mère qu’il sera mort le lendemain. Il vit alors ce qu’il appelle « une séance d’auto-hypnose », et sort paralysé de son coma, seulement mais cependant capable de parler et de bouger les yeux » *.

A partir de ce moment-là, il observe attentivement le comportement de ses sœurs et autres personnes qui l’entourent, et constate que « souvent le langage verbal dit une chose alors que le langage corporel dit autre chose ». *

Ses efforts pour se rééduquer l’amènent à redécouvrir par lui-même nombre de phénomènes classiques de l’hypnose et comment les utiliser à des fins thérapeutiques*.

Par la suite, Milton Erickson va poursuivre ses recherches et expériences dans le domaine de l’hypnose, participant à des conférences, et se penchant de très près bien évidemment sur les états de conscience, notamment avec Aldous Huxley.

En 1949, Il ouvre son cabinet de consultations privées chez lui, et commence à animer des séminaires sur l’hypnose à travers tous les Etats Unis. Il décède en 1980 de maladie.

Milton Erickson était convaincu que pour aider une personne à résoudre ses problèmes, le thérapeute devait faire du « sur-mesure », parce que chaque personne est unique et ses besoins sont uniques.

Pour Milton Erickson, l’inconscient est « la source des énergies nouvelles que le patient ignore … ». L’inconscient est pour lui « soit un sujet agissant doté de caractéristiques différentes du moi conscient de la personne, soit comme un stock d’apprentissage, véritable réservoir de ressources pour la personne » *. Et ce qui est fondamental pour lui n’est pas que les personnes comprennent comment les changements se produisent, mais simplement qu’ils se produisent. A une condition cependant : que la conscience demande son secours à l’inconscient… et qu’elle s’abstienne surtout et totalement d’interférer avec son action.

Milton Erickson : « L’inconscient est un réservoir de ressources ». ***

Pendant que Milton Erikson pratique ses séances d’hypnose, il observe que pendant les 20 ou 30 minutes de repos du cerveau correspondant au cycle du sommeil – le cycle ultradien-, « l’état de conscience se modifie naturellement : rêverie, distraction…, et découvre ces moments de transe naturelle chez ses patients ». **

Et c’est Ernest Rossi -1933-2020- , un des élèves de Milton Erickson, psychothérapeute Ericksonien californien, également docteur en neuroscience, initiateur de l’hypnose Eriksonienne et inspirateur de la thérapie brève, qui adapte au champ de la thérapie psychocorporelle le cycle ultradien découvert en 1957 par Dement et Kleitman**, cherchant à démontrer le lien entre corps et esprit pour les réunir****.

En 1977, Ernest Rossi est totalement convaincu « que la thérapie par l’hypnose a un effet sur les mécanismes du cerveau » ***.

Comme Milton Erikson, Ernest Rossi est convaincu que c’est « le client lui-même qui doit accomplir son changement de comportement » ***

**https://hypno-solutions.net/cycle-ultradien

***https://www.academie-epione.com/ernest-rossi-technique-des-mains/

**** https://psynapse.fr/historique-hypnose/ernest-rossi/

« L’INCONSCIENT EST UN RESERVOIR DE RESSOURCES » ***– Milton Erikson

« Le client lui-même doit accomplir son changement de comportement » *** Ernest Rossi